Lettre ouverte à Line Beauchamp

Si des psys de tous ordres peuvent déterminer si un accusé est sain d’esprit ou non, ne faudrait-il pas s’assurer qu’un élu qui déraille sait encore ce qu’il fait ? L’entêtement farouche et obstiné, le désir d’humilier ses adversaires, la forte tendance à souligner les défauts des autres à larges traits sans jamais voir les siens propres, est-ce un signe d’un caractère bien trempé ou de dérapages incontrôlés ?

Lise Payette, le devoir.com, 27 avril 2012

Madame la Vice-Première Ministre,

Il y a longtemps, alors que vous étiez députée de l’opposition officielle, vous avez soutenu un petit groupe de grévistes, dont j’étais, employés d’un Centre de Crise de votre comté. Nous n’arrivions pas à nous à faire entendre et notre conflit de travail s’enlisait. Vous êtes allée porter notre message à l’Assemblée Nationale et demander qu’enfin quelqu’un nous réponde.

Vous souvenez-vous? C’était il y a bien longtemps.

Vous avez beaucoup changé depuis. L’eau a coulé sous les ponts. Aujourd’hui, vous opposez cette fin de non recevoir contre laquelle vous êtes intervenue à l’époque.

Si je vous écris aujourd’hui, Madame la Vice-Première Ministre, c’est pour vous offrir mon aide, si vous voyez que vous en avez besoin. Enlisée dans une situation absurde à laquelle vous ne semblez pas voir d’issue, vous apparaissez amaigrie et les traits chaque jour plus tirés.

Tandis que votre chef continue son petit bonhomme de règne, vous allez au front, dans un climat devenu si malsain que de plus en plus de voix indépendantes, allant du Maire de Montréal à des chroniqueurs de grands quotidiens, expriment leur crainte du pire… leur crainte qu’il finisse par y avoir mort d’homme.

Madame la Vice-Première Ministre, se pourrait-il que votre chef soit devenu fou? Qu’en poussant trop loin la politique du pire, il se retrouve en plein dérapage incontrôlé? Qu’en vous envoyant livrer un message belliqueux et improductif, il vous condamne à porter à jamais l’odieux de ses conséquences?

On sait ce qui intéresse votre chef. Personne n’est dupe de cet effort pour nous distraire de questions plus sérieuses et plus embarrassantes pour lui.

Vous, Madame, quelle est votre motivation? Pourquoi rester si indéfectiblement loyale à quelqu’un qui fait de vous le visage de sa stratégie délétère? Qu’avez-vous à gagner d’agir dans le sens contraire de tout ce que vous avez appris, s’il est vrai que vous avez «  une formation en psychologie organisationnelle qui […] aide à cerner les dynamiques de groupe, à comprendre pourquoi une situation est dans une impasse et comment la dénouer» ? Au nom de quoi prenez-vous le risque de passer à l’histoire comme la Ministre de l’Éducation sous laquelle se serait déroulé un printemps sombre?

Madame la Vice-Première Ministre, j’aimerais vous aider à reprendre vos esprits et à récupérer votre dignité.

J’aimerais vous aider à dépasser vos symptômes de CLASSEophobie.

J’aimerais vous aider à analyser la manière avec laquelle votre chef se joue de vous comme il se joue de tous.

J’aimerais vous aider à trouver des solutions à votre impasse personnelle. Je suis convaincue qu’il y en a. Démissionner, par exemple. Vous dissocier des manœuvres douteuses de votre chef. Poser un geste d’éclat qui le remettrait face à ses responsabilités dans cette crise et, pourquoi pas, l’amènerait à vouloir la résoudre.

J’aimerais vous offrir mon soutien car je veux croire que la jeune députée qui a pris fait et cause pour un petit groupe de travailleurs en grève à qui personne ne voulait parler est encore là, quelque part en vous, avec ses idéaux et son éthique.

Nathalie Ragheb

Psychologue, Consultante en gestion de crise

Publicités
Comments
One Response to “Lettre ouverte à Line Beauchamp”
  1. Jean-François Héroux dit :

    Merci, Mme Ragheb, de cette histoire. Il me fait découvrir un pan conséquent de la vie de cette jeune députée que j’avais rencontrée au sortir d’un enregistrement de télé, et avec qui j’avais eu un échange qui me redonnait foi en la présence d’une vraie pensée libérale au sein de ce parti qui en avait usurpé le nom. J’ose croire maintenant que mes perceptions lors de cette discussion n’étaient pas abusées par quelque subterfuge verbal. Pour ce qui est de sa démission, la Vice-Première Ministre semble avoir suivi le même raisonnement que vous. Qui donc disait que partir était la seule façon élégante de montrer son c.. ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :