S’il vous plaît, cessez le feu!

Emmènerai-je mes enfants à la manifestation pacifique et festive organisée en plein jour dans un grand parc de la ville où j’habite et qui est si agréable au printemps? Puis-je croire que je ne les mettrais pas en danger? Dois-je craindre de les exposer ainsi à recevoir à la tête une balle de plastique grande comme ma main, tirée à bout portant par un policier? Aurais-je à soigner des yeux brûlants?

Ceci n’est pas un fait divers.
Un homme dans la quarantaine sévèrement blessé à la tête
Photo ROBERT SKINNER, La Presse, 21 mai 2012

Ces questions aberrantes exprimaient hier, pour moi et pour plusieurs autres, la grande et profonde inquiétude ambiante.

Comme si, depuis l’adoption de la loi 78, on sentait que les Forces de l’Ordre avaient le feu vert pour intensifier leurs interventions. Comme si l’intégrité physique de toute personne présente à un rassemblement populaire était désormais en péril, sans discrimination. Comme si on voyait un potentiel de carnage dans toute manifestation.

Une partie de la population ne décolère pas. Soit. Le gouvernement veut se montrer ferme. Soit. Les enjeux sont clairs, le débat fait rage et, pour le moment, on n’en voit pas la fin.

Mais, en tant qu’humble citoyenne et au nom de ceux qui souhaitent exprimer paisiblement leurs positions, au nom de ceux qui espèrent transmettre leurs valeurs à leurs enfants en les emmenant manifester avec eux, au nom des citoyens pacifiques qui veulent se rassembler et marcher ensemble, j’en appelle aux policiers et à la hiérarchie du  SPVM et de la SQ: s’il vous plaît, cessez le feu!

Il y a déjà eu trop de blessures graves. Aucune de ces blessures n’était nécessaire. S’il vous plaît, arrêtez de tirer.

Vous savez que vos stratégies d’intervention attisent la colère des foules et participent à provoquer des débordements. S’il vous plaît changez de stratégies.

Certains de vos collègues – comme la désormais célèbre constable 728 – portent atteinte à la dignité de votre profession, au même titre que certains présumés casseurs portent atteinte à la noblesse des causes qu’ils défendent. S’il vous plaît, maîtrisez les têtes fêlées des deux côtés et laissez marcher les autres.

Les valeurs du Service de Police de la Ville de Montréal sont celles de Respect, d’Intégrité et d’Engagement. On peut lire Service Intégrité Justice sur les armoieries de la Sûreté du Québec. J’en appelle à votre sens de l’honneur et de l’éthique, j’en appelle à votre dignité et à votre conscience professionnelle.

S’il vous plaît, policiers et hiérarchies policières, cessez le feu sur les foules bigarrées que vous êtes appelés à contenir. S’il vous plaît, pour la sécurité des enfants, pour la sécurité des aînés, pour la sécurité de tous vos concitoyens, pour la paix publique que vous avez le devoir de protéger, s’il vous plaît arrêtez de tirer, arrêtez de frapper, arrêtez de poivrer les gens en plein visage.

Au delà de votre crédibilité et de votre réputation, tant ici que dans le monde qui vous regarde, il en va de nos droits fondamentaux et de la vie de ceux qui se rassemblent.

À l’approche de la grande manifestation soulignant le 100e jour de la grève étudiante, je vous en conjure, assurez-vous que plus personne ne soit blessé et que personne au Québec ne meure à cause de ses idées.

Publicités
Comments
One Response to “S’il vous plaît, cessez le feu!”
  1. Alex dit :

    Charest, you are under arrest!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :